Francesa no morro


FRANCESA NO MORRO interprète des chansons issues du répertoire
de la Musique Populaire Brésilienne (MPB) et du Samba-Pagode.


Composition du quintet :

Hélène Blanc – chant et percussions (cuica, ganza, tamborim)

Riqué Marvis – chant et percussions (pandeiro, tan-tan, ganza, tamborim, triangle)

Julien Morel –guitare électro-acoustique, cavaquinho, percussions et choeurs

François Blanc – basse

Gilles Haenggi – batterie et percussions.


MPB ou Musique Populaire Brésilienne

La MPB est lancée dans les années 1960 d’une tentative de revivifier les styles brésiliens traditionnels. Elle a été popularisée par de nombreux shows télévisés qui ont contribué à la diffusion de cet acronyme. On considère qu’elle est née en 1965 au cours d’un show diffusé dans tout le pays, le Festival de Música Popular Brasileira.

On trouve une grande variété de genres dans la MPB : samba (nombreux genres dont bossa – eh oui), influences des musiques traditionnelles régionales avec le forró, le frêvo, mais aussi des musiques du monde avec la pop, le rock, le funk et le jazz… La musique brésilienne « non classée » dans tous ces genres est dite MPB (Musique Populaire Brésilienne).

Au départ très influencée par la bossa nova, la MPB intègre une critique sociale à peine voilée sur les injustices sociales, la répression gouvernementale, l’impérialisme et la concentration de la propriété terrienne au main d’une minorité, dans un contexte de dictature militaire (1964-1985).

En 1985, la dictature disparue, la MPB devient la principale musique des classes moyennes urbaines du pays, et le terme fait toujours référence à une musique esthétique.

Les artistes représentatifs de la MPB incluent notamment : Antonio Carlos (Tom) Jobim, Gilberto Gil, Joao Gilberto, Jorge Ben Jor, Toquinho, Vinicius de Moraes, Chico Buarque, Joao Bosco, Milton Nascimento, Elis Régina, Gal Costa, Rita Lee, Ivan Lins, Maria Bethânia, Caetano Veloso, Djavan, etc.


Samba-Pagode  

Le Pagode est la version chantée du samba. Très populaire et convivial, il est né dans les quartiers afro-brésiliens de Rio de Janeiro. C’est une alternative aux énormes défilés carnavalesques afin de pouvoir jouer et chanter le samba en plus petits comités.


FRANCESA NO MORRO est né lors de fêtes et repas qui suivent parfois les répétitions de percussions des écoles de samba (batucadas carnavalesques).

Sa section rythmique : tan-tan (parfois surdo), pandeiro, tamborim, ganza, cuica

Sa section mélodique : chants, chœurs, cavaquinho, guitare, cuica.

Au Brésil, on aime se réunir, ponctuellement parfois, pour jouer le pagode, le chanter, le danser ou l’écouter autour de la table d’une terrasse de café ou dans la rue, sur une plage, lors de fêtes entre amis ou en famille. Les paroles parlent d’amour et du quotidien.

Parmi les chanteurs et les groupes très connus de ce style au Brésil, on peut citer Zeca Pagodinho, Martinho da Vila, Beth Carvalho, Alcione, Fundo de Quintal, Teresa Cristina…